30/08/2021

Un triathlon des extrêmes

Les défis du chronométrage NORSEMAN

Le triathlon Zalaris Norseman Xtreme en Norvège est considéré comme l'un des triathlons les plus difficiles au monde. Dans son rapport, le directeur des ventes internationales RACE RESULT, Lars Späth, met en lumière une course où même l’attente sur la ligne d'arrivée peut devenir un défi :

Cela commence à 5 heures du matin, avec un saut dans le noir. Depuis la rampe d'un ferry, à trois mètres de profondeur dans les eaux froides à 17 degrés du Hardangerfjord. Pour une centaine de participants (moins que d'habitude en raison de la pandémie), le combat contre les forces de la nature et les limites de leur propre corps commence désormais. Seules les lampes frontales des kayaks ouvreurs éclairent le chemin. Le combat durera plus de 10 heures pour le vainqueur, près de 19 heures pour le dernier finisher.

Je suis allé en Norvège, parce que je voulais vraiment voir et ressentir le NORSEMAN. Le cadre de ce triathlon longue distance est aussi fou que cela puisse paraître : après avoir nagé dans le fjord, les athlètes parcourent 180 km à travers cols, plateaux et descentes abruptes. Dès le début du parcours vélo, ils doivent gravir les pentes presque verticales des montagnes du Fjiord à 1 300 mètres. Au total, le parcours vélo a un dénivelé de 2 600 mètres. De plus, il y a une alternance de vent, de froid ou de pluie - parfois en même temps (comme cette année). La ligne d'arrivée de la longue course de 42 km se trouve au sommet de Gaustatoppen. Une montagne accidentée et exposée, haute de 1800 mètres, où un chemin caillouteux mène à un petit abri - le lieu légendaire des triathlètes du monde entier.

La société norvégienne de chronométrage RaceTracker est responsable du chronométrage du Norseman depuis 2017, en s'appuyant sur la technologie active RACE RESULT. Étant là, bien sûr, j'ai offert mon aide pour chronométrer la course. « Jackpot », ont pensé les gars de RaceTracker et m'ont envoyésur la ligne d'arrivée pour y installer et surveiller le matériel de chronométrage (après tout, il existe un chemin de fer de montagne pour tous les athlètes non extrêmes).

"Zombie Hill", c'est ainsi que les triathlètes appellent l'ascension de Gaustatoppen. Je comprends maintenant pourquoi. Alors que je sors de la station, un orage glacé déferle sur moi. La température extérieure est d'environ 5 degrés Celsius, un épais brouillard m'entoure. Les assistants essaient de réparer les drapeaux des sponsors avec des boulons d'alpinisme. Je scotche mon câble de détection au sol, démarre le décodeur, installe une Track Box à quelques centaines de mètres en bas de la colline - puis je remonte au plus vite à l'abri.

 

Pendant ce temps, les coureurs s'attaquent au parcours vélo. Les temps intermédiaires remontent en direct et une visualisation est disponible sur le site Web de Norseman. Au préalable, nous avons installé 27 Track Box le long du parcours vélo et course à pied. De plus, nous avons déployé des systèmes actifs (3x décodeurs, 4x Loop Box) dans les zones de départ, d'arrivée et de transition. Les trackbox se révèlent à nouveau particulièrement précieuses. Le parcours vélo n'est pas fermé à la circulation automobile, le réseau 4G en Norvège est bien développé. Les Track Box sont simplement attachées aux panneaux de signalisation. Elles reconnaissent les transpondeurs qui passent et envoient leurs données via le réseau cellulaire norvégien bien développé. En raison de la configuration rapide, Race Tracker peut garder la logistique et le personnel pour le triathlon très efficaces. Seulement trois personnes sont nécessaires pour gérer l'ensemble de l'événement ! Le chronométrage réel avec le logiciel RACE RESULT 12 s'effectue en ligne, dans une chambre d'hôtel au chaud sur la piste.

Mais revenons à la montagne : je suis sur la ligne d'arrivée avec une dizaine de supporters, photographes et assistants. La tempête fait rage sans arrêt. Heureusement, la boutique de souvenirs de la station supérieure a des gants d'hiver. (Par précaution ?) un chapeau supplémentaire m'est donné, l'Européen grelottant. Nous suivons la course en direct sur notre smartphone et savons à peu près quand le vainqueur est attendu sur la ligne d'arrivée. Néanmoins, cela me semble irréel lorsqu'un homme avec une combinaison de triathlon et des lunettes de soleil émerge de l'épais brouillard. Le Norvégien Sæverås Breivold remporte le Norseman 2021 en 10h21’47. « Sans aucun doute, la chose la plus difficile que j'aie jamais faite », dira-t-il plus tard. Je le crois facilement.

 

 

"Le Norseman est un mythe sur la scène du triathlon", m'a dit Daniel Gallaher de Race Tracker lorsque je suis rentré au bas de la station vers minuit. En tant que Norvégien, vous pouvez sentir sa fierté dans cette course. Et aussi sa fierté de chronométreur d'être une petite partie de ce mythe. Des dizaines de milliers de téléspectateurs ont suivi les flux en direct des courses ces dernières années, 1,3 million de vues de la liste des résultats ont été enregistrées. Même si la course cette année était plus petite que d'habitude en raison du Corona virus - c'est un triathlon dont on se souviendra. Même si tu te tenais juste à la ligne d'arrivée...

RESULTATS

SITE WEB NORSEMAN

SITE WEB RACE TRACKER

Les cookies nous permettent de mieux vous servir.
En plus des cookies techniquement nécessaires, nous utilisons des cookies tiers pour analyser et optimiser notre service et pour afficher des vidéos:

En savoir plus